fbpx
01 49 82 98 98

À l’image d’un parc automobile qui recense tout ce qui roule, votre parc informatique englobe tout ce qui touche au traitement des données au sein de votre entreprise. En additionnant les valeurs matérielles et immatérielles qui le composent, votre parc informatique représente un budget très conséquent, digitalisation oblige.

La vérité des chiffres vous donne donc 1.000 raisons d’assurer la gestion de votre parc informatique d’une façon rigoureuse, que ce soit par des procédures internes ou par le canal d’un spécialiste en infogérance, à l’image de Pressi sur Paris et l’Île-de-France. Voyons tout cela d’un peu plus près.

Vous n’échapperez pas à l’inventaire

À la maison, nous avons tous – ou presque – ce tiroir improbable dans lequel nous « rangeons » tout et n’importe quoi. Par chance, entre trois bouts de ficelle, un décapsuleur mort de soif et les rustines pétrifiées d’un vieux matelas pneumatique, notre main heureuse y repêchera peut-être le mode d’emploi du sèche-linge ou la garantie du GPS. Mais ça, c’est dans le meilleur des cas.

En entreprise, ne parlons jamais de ce tiroir. Pour gérer votre parc informatique d’une façon efficace, il est impératif de lister tous les outils qui entrent en ligne de compte pour la numérisation de vos informations. C’est donc une solide mission inventaire qui vous attend : vous n’y échapperez pas !

Ceci dit, sachez qu’il existe aujourd’hui des applications spécifiques pour faire cette topographie dans de bonnes conditions. Bien plus efficaces que les tableurs conventionnels. On les retrouve sous l’étiquette CMDB, Configuration Management Data Base.

Que faut-il pointer dans l’inventaire ?

Comme dit précédemment, le parc informatique concerne « tout » ce qui touche à la numérisation, à commencer par les données elles-mêmes. Pour organiser votre inventaire d’une façon structurée, nous vous conseillons de créer plusieurs têtes de chapitres.

1 – Les données. Nous avons déjà évoqué l’inventaire minutieux des données dans un article précédent. Comment et pourquoi sécuriser votre réseau informatique ?

2 – Les postes de travail fixes. On regroupe ici les unités centrales, les ordinateurs de bureau et tous les accessoires qui permettent d’en tirer parti : claviers, souris, etc …

3 – Les postes de travail mobiles. Cette catégorie recense les ordinateurs portables, les tablettes, les smartphones. Donc tous les outils qui, extra-muros, peuvent interférer avec votre salle informatique, le centre névralgique de vos données.

4 – Les périphériques. Les imprimantes, les scanners, les appareils de prise de vues, … Epinglez dans ce chapitre tous les équipements qui gravitent autour des postes de travail, fixes et mobiles, pour en améliorer l’usage.

5 – Les espaces de stockage. La thématique sécuritaire nous a précédemment permis de distinguer les espaces de stockage physiques et les abris virtuels. Pour votre inventaire, faites pareil : distinguez les serveurs et le Cloud pour y voir plus clair.

6 – Les réseaux. Les informations prennent vie dans leur partage et leur faculté d’être consultées. Quels sont les réseaux utilisés par votre entreprise dans ce contexte ? Pour un inventaire détaillé, n’oubliez pas d’englober les accessoires qui fluidifient ou qui gendarment votre réseau : modems, bornes wi-fi, pare-feux, …

7 – Les logiciels. Au 7ème et dernier chapitre, recensez l’ensemble des programmes et des applications qui tournent sur les ordinateurs de l’entreprise. Et faites clairement le point sur vos droits d’utilisation, à savoir les licences.

Et maintenant, comment optimiser mon parc ?

La seule étape de l’inventaire apportera déjà son lot d’informations. Elle permettra fort probablement de mettre le doigt sur des redondances coûteuses et de dénicher quelques rossignols d’un autre temps, bons pour la casse. Premières économies en vue.

Avec toutes les informations rassemblées dans le CMBD – années des matériels, numéros de série, caractéristiques principales, dates d’achat, garanties, contrats connexes… -, vous aurez une mine d’or pour optimaliser la gestion de votre parc informatique

Cette cartographie claire et précise permettra d’anticiper plus facilement les défaillances latentes, sachant que la plupart des équipements ont une durée de vie programmée. Il en sortira, aussi, des informations utiles pour définir une typologie propre à votre entreprise, en identifiant les configurations qui correspondent le mieux à vos différents services. Cette analyse pourrait découler sur une forme d’homogénéité pour les futurs choix de matériels et de logiciels utilisés dans tel ou tel autre département. Chaque pas vers une standardisation intelligente sera de nature à faciliter la gestion de votre parc informatique.

En vous recentrant sur un certain nombre de configurations performantes, il sera forcément plus facile d’opérer la mise à jour unifiée des différents logiciels utilisés dans l’entreprise. Et ce n’est pas anodin : au-delà des quelques fonctions nouvelles apportées à chaque release, l’intérêt majeur des mises à jour réside dans les protections toujours plus efficaces qui les accompagnent.

Optimiser mon parc : oui, mais qui fait le job ?

Tout ce qui précède a largement démontré que la gestion du parc informatique de votre entreprise était utile pour un meilleur contrôle de votre évolution numérique. Tant sur un plan financier que sur un plan fonctionnel.

In fine, la question qui reste à trancher est assez simple : qui va faire le job ?

Si vous avez un directeur informatique expert et compétent, c’est évidemment un candidat tout désigné. Reste à savoir si les fonctions qu’il assume lui laissent assez de temps pour réaliser l’analyse exhaustive évoquée ci-avant.

L’autre piste, c’est d’externaliser la mission en faisant appel à une équipe d’infogérance spécialisée dans ce type d’intervention. C’est notamment le cas de Pressi, très actif sur Paris et l’Île-de-France.

À ce stade, la meilleure chose à faire serait d’établir un premier contact pour mesurer l’ampleur du chantier. Pressi pourrait alors vous proposer un tarif clair et détaillé, englobant la mission et d’autres prestations éventuelles.

Ce qu’il faut en retenir

  • Faire l’inventaire détaillé de votre parc informatique
  • Rassembler toutes infos dans le CMBD
  • Anticiper les défaillances et exclure les outils obsolètes
  • Identifier une typologie pour vos différents services
  • Réaliser toutes les mises à jour à l’unisson
  • Confier la mission à un spécialiste de l’infogérance